Onéguine

d’après Eugène Onéguine
Alexandre Pouchkine
| Jean Bellorini

01 > 03 décembre - LE CARRE — Théâtre

ACHETEZ VOS PLACES

Encore porté par l’âme russe et ses tourments, le metteur en scène Jean Bellorini nous invite à un voyage en poésie, à une immersion intimiste dans les vers d’Alexandre Pouchkine au travers d’un dispositif sonore et visuel. Pour incarner le roman en vers, cinq ardents comédiens et une bande son crépitante de bruits et de musiques signée Sébastien Trouvé. Au plus près du texte, le théâtre de Jean Bellorini n’est que suggestion et grâce.

Réservez vos places !

décembre
mar 01
mer 02
jeu 03

C’est au milieu de deux volées de gradins, au cœur d’un espace bi frontal que Jean Bellorini place comédiens, tables, chaises, candélabres et piano. Le spectateur, muni d’un casque audio, perçoit jusqu’au moindre souffle des acteurs équipés d’un micro. Il se crée alors une grande proximité entre la poésie de Pouchkine et le public. À la lueur des bougies, sur quelques notes de piano, des sons et des musiques savamment distillées, les acteurs chuchotent au creux de l’oreille les sublimes vers où se dessine le drame d’une jeunesse aristocratique enivrée de désespoir et tout de même emplie d’allégresse. Entre lyrisme et réalité, dans une atmosphère envoûtante, Jean Bellorini magnifie la légèreté aérienne de la langue du poète et nous révèle toutes les nuances de l’âme slave.

Dans la presse

Leur façon de dire le texte forge un spectacle limpide, alors même qu'Eugène Onéguine, le héros, préfère la complexité de sa vie intérieure à l’évidence de l’amour. Ce spectacle cristallin est un délice. Télérama

Il choisit une option radicale, qui va à l’encontre du flot d’images souvent montré sur les scènes : écouter le texte, avec un casque. Jean Bellorini n’est pas le premier à faire une telle proposition. Mais il réussit là où d’autres ont échoué. Le Monde.

Infos pratiques

durée 2h sans entracte

Tarifs de 12,5 à 25 €